La petite histoire

Refaire le monde autours d’une bonne bière… À force de nous adonner à ce passe-temps, nous avons fini par ouvrir notre propre brasserie alternative et artisanale! La Brasserie Blanche Pierre, qui porte le nom de la rue où elle est née, rapport à notre idéologie radicalement « localiste », est au départ le projet un peu fou de trois amis qui ont eu l’ambition de proposer à leurs connaissances une alternative aux bières de fabrication industrielle.

Chacun y met du sien selon une logique de hiérarchie horizontale, de partage des compétences et d’enthousiasme communicatif. L’un écume la littérature sur le sujet et se constitue une formation accélérée de brasseur. L’autre créé spécialement pour la Blanche Pierre toute une identité visuelle aux accents révolutionnaires. La troisième s’occupe de la paperasserie qui ennuie tant ces messieurs. Et tout le monde met la main au brassin ! Toutes nos décisions font l’objet de longues discussions idéologiques, du choix du savon à l’approvisionnement ou non d’un magasin un peu éloigné géographiquement, nos idéaux sont au centre de nos préoccupations.

L’ouverture officielle de la brasserie se fait en grande pompe le 31 mars 2013 et tout le quartier, mais aussi tous nos amis et famille, sont au rendez-vous…

Photo 006
Vernissage de la brasserie en mars 2013

 

Sous l’influence du succès grandissant de notre bière, le brassin devient un rendez-vous hebdomadaire. Nous approvisionnons donc bientôt en bière locale et biologique  un restaurant, un kiosque, un bar et un magasin spécialisé. La vente directe à la Brasserie nous permet de garder un contact réel avec nos clients.

4NB
photo: ©LeoRebetez | le brassin à nos tout débuts (2012)

Dès le début, nous avons choisi de privilégier les circuits courts, tant en approvisionnement des matières premières, qu’en écoulement de la bière produite. Nous favorisons les commerces de proximité et la vente directe. De plus, nous choisissons des matières premières d’origine biologique certifiée, mais aussi des produits de nettoyage biodégradables et/ou homologués par le Fibl, du papier recyclé pour nos papillons et cartes de visites, etc etc. Et bien sûr, nos bouteilles sont recyclées.

Cependant, si il est facile de trouver du houblon suisse et bio (le nôtre vient d’ici), le malt pose très vite problème. Les malteries ayant disparu du paysage suisse, l’orge suisse est envoyé en Allemagne ou en France pour y être malté. Cela nous hérisse le poil et l’on choisit donc d’éviter un trajet à la céréale en utilisant du malt bio et allemand. Mais, dès nos premiers brassins, le projet de malterie artisanale nous trotte dans la tête.

DSC01710
Du malt jurassien en devenir…

Et donc, en parallèle de l’activité de brasserie, nous commençons le projet de malterie… Qui avance bien lentement, il faut le dire.

En mai 2014, la Marmite à Clous, bar alternatif et militant, ouvre en vieille ville de Delémont. Pour les copains, on développe une bière à la pression et bientôt, la Marmite est le seul bar du Jura à proposer une bière bio et artisanale à la pression! Les Marmitons nous font une publicité du tonnerre et les delémontains découvrent grâce à eux qu’il y a une brasserie dans leur ville…

En juin 2015, nous, c’est-à-dire Sandro Ettlin et Elena Hoffmeyer, avons fini nos études. Le troisième larron des début ne souhaite pas continuer l’aventure en devenant brasseur professionnel, même s’il continuera à donner des coups de mains si nécessaire… Qu’à cela ne tienne, nous montons la Brasserie et Malterie Blanche Pierre SàRl et nous lançons à corps perdu dans le brassin et dans le projet de malterie artisanale.

2010-07-04 19.42.27
Installation de brassage 200L (2015)

Nous bricolons avec ce que nous avons comme machine, une grande casserole et un réchaud à gaz, une installation de brassin 200l (2x100l / jour). La production passe de 100l tous les 15 jours à 400l par semaine…

n4_dos
L’étiquette dos de la bière au malt 100% jurassien

En septembre 2015, notre première bière au malt 100% Made in JU est proposée lors du marché des produits du terroir de Courtemelon. Cette bière sert à faire un peu de publicité pour notre projet et lever quelques fonds pour la malterie via des dons et deux fondations régionales.

Le même mois, nous engageons Arnaud pour nous aider à suivre à la production car nous sommes souvent en rupture de stock. Entre temps, nous avons une dizaine de points de vente dans la région et trois restaurants à Delémont.

Nous pensions que l’arrivée d’Arnaud permettrait aussi de dégager du temps pour le projet de malterie mais… pas vraiment! Arrivent Noël et ses marchés, et nous voilà à nouveau en rupture de stock. Nous arrivons à la fin de l’année 2015 sur les rotules mais heureux.

En février 2016, notre matériel de brassin bricolé nous donne du fil à retordre. Les journées sont interminables et les nettoyages aussi, et ce qui était 6 mois auparavant une installation grande classe est devenue trop limitée pour nous. Nous investissons donc (aïe) dans du matériel professionnel fabriqué sur mesure (voir les photos ici). Nous ne produisons pas plus, mais le brassin se fait désormais sur un jour au lieu de deux.

PAB_0709
La nouvelle installation qui prend presque toute la place, et Sandro, Arnaud et Camille en grande discussion.

En mai 2016, nous découvrons les joies d’avoir une stagiaire! Grâce à elle, le projet malterie prend enfin forme, les essais sont maintenant menés de manière rigoureuse et suivie.

En août 2016, si la production est restée tout ce temps dans la même cave chez les parents de Sandro, nous avons dû louer des locaux de stockage car la place à Blanche Pierre manquait. Situés dans l’ancienne tour du Landi, nous y avons aussi installé le matériel de maltage.

 

Juin 2017:

La brasserie déménage à la rue Emile Boéchat. Après de longues tergiversations, il a fallu se résigner à quitter la cave de Blanche Pierre pour un local à plein pied, lumineux et sécuritaire. Une marche aux flambeaux est organisée pour déménager l’âme de la brasserie en même temps que ses meubles, et voici une nouvelle page de la brasserie qui commence!